Conclusion et suite

Ou irais-je ?

C’est une question qui revient souvent lorsque nous remettons en question notre foi. Elle fait ressortir la nécessité naturelle de l’homme à appartenir à une communauté. Elle implique aussi l’acceptation d’une situation imparfaite, mais qui reste malgré tout la plus convenable à nos yeux.

Premier point important : ne quittez pas un piège pour vous précipiter dans un autre ! Laissez-vous le temps avant d’entreprendre quoi que ce soit d’autre. Lisez aussi absolument cette page.

Pour ma part, ma situation a évolué en deux étapes.

Ma première étape

Ma première étape a été de me sentir un chrétien libre. Si c’est ce que vous recherchez, vous pouvez lire le livre de Raymond Franz à ce sujet, À la recherche de la liberté chrétienne ou encore le livre La liberté chrétienne de Martin Luther.

Ma deuxième étape

J’ai décidé de ne plus prendre pour comptant ce qu’on m’enseigne et de ne partir sur aucun postulat de départ. Il faut creuser jusqu’à obtenir les réponses qui sont les plus logiques et rationnelles et basés sur les connaissances actuelles de l’homme. J’ai donc appliqué la même méthodologie que j’ai utilisé avec les Témoins de Jéhovah pour ma foi chrétienne.

La connaissance et la science sont une lanterne qui nous a fait sortir de l’âge sombre.

Entre le 19ᵉ siècle et le 20ᵉ siècle d’importantes découvertes ont eu lieu, notamment concernant l’archéologie avec la découverte de la plus ancienne civilisation de notre monde, le peuple sumérien, qui a prospéré et a évolué au niveau scientifique, social, politique, académique, juridique et religieux d’une façon phénoménale. Nous avons pu décoder leurs tablettes cunéiformes, qui datent de plusieurs millénaires avant JC. Il en existe des centaines de milliers. Abraham de la bible vient d’ailleurs de la cité d’Ur, ville sumérienne.

Je vous invite à lire ces deux livres qui vous donneront un aperçu de nos connaissances sur cette civilisation. Et il y a encore beaucoup d’autres sources incroyables, comme ce que nous savons des croyances du peuple Cananéen, sur celles des Babyloniens ou encore sur certains rouleaux de la mer morte.

L’épopée de Gilgamesh

L’histoire commence à Sumer

Et en bonus:

Stories from ancient Canaan

Enuma Elish – L’épopée de la création

L’invention de Dieu

L’arche avant Noé (avec une introduction très accessible à la Mésopotamie)


« Où vas-tu Gilgamesh ? La vie que tu cherches tu ne la trouveras pas. Lorsque les grands dieux créèrent les hommes, c’est la mort qu’ils leur destinèrent et ils ont gardé pour eux la vie éternelle,

mais toi Gilgamesh que sans cesse ton ventre soit repu

sois joyeux nuit et jour

danse et joue

fais chaque jour de ta vie une fête de joie et de plaisirs

que tes vêtements soient propres et somptueux

lave ta tête et baigne-toi

flatte l’enfant qui te tient par la main

réjouis l’épouse qui est dans tes bras.

Voilà les seuls droits que possèdent les hommes.

L’épopée de Gilgamesh – La condition humaine – IIe millénaire avant J.-C.

Continuer avec les témoignages