Endoctrinement et radicalisation

Comprendre l’endoctrinement et la radicalisation chez les Témoins de Jéhovah

L’endoctrinement (et la radicalisation) est un sujet très complexe. Il est difficile d’en saisir son cheminement, ses raisons, sa logique, à le comprendre avec un regard extérieur, à le justifier et est souvent mal-compris. Il est aussi parfois associé à des émotions fortes, comme une rupture totale ou en rapport avec la mort. Il est aussi le résultat de plusieurs facteurs qui, lorsqu’ils sont combinés, créent les conditions de ce contrôle.

Il ne faut pas aussi voir en ce contrôle quelque chose de grotesque, caricatural ou simpliste, comme si notamment on retiendrait physiquement ces gens en otage contre leur gré ou comme si on leur ferait subir un lavage de cerveau avec des moyens barbares. Les Témoins de Jéhovah ont vraiment le sentiment d’être libres, d’agir en pleine conscience et de faire ce qui est juste. Là est toute la subtilité.

Ce sujet nécessite donc beaucoup d’empathie afin de réaliser que les personnes qui sont sous son emprise, sont elles-mêmes des victimes de celui-ci tout en étant le bourreau de la situation qu’elles provoquent. Le but est de partager mon point de vue, tel que je l’ai ressenti, en ayant fait partie des Témoins de Jéhovah. Mais que j’ai pu aussi mieux comprendre en lisant des livres sur le sujet, comme ceux du docteur Steven Hassan. Ou encore en ayant visualisé des reportages, comme celui du drame de Jonestown, où l’on retrouve des mêmes schémas.

Ce post est donc plein de nuances, et cherche à faire prendre conscience du nombre de facteurs qui peut amener n’importe qui, dans bien des situations, et pas uniquement la religion, à agir d’une façon, qui semble être irrationnelle, tout en étant convaincu d’être bienveillant, de faire ce qui est juste et de n’avoir aucune arrière mauvaise pensée dans ses actions. 

Si vous ne faites que survoler mon site, je vous invite à continuer avec la page conclusion et suite.

Dans la plupart des groupes que je vais labéliser avec des pincettes à “dérives”, vous trouvez des bonnes personnes. Oui. Des gens intelligents, qui recherchent le bonheur, l’épanouissement personnel et un sens à la vie et ses aléas. La plupart des gens ne sont pas des monstres, heureusement. Et je trouve vraiment dommage, réducteur de caricaturer un groupe ou une personne en tant que sectaire, faisant partie d’un groupe non chrétiens (versus vrais chrétiens),  satanique (versus proches de Dieu), ou encore de les traiter de décérébrés. Il y a un véritable manque d’empathie dans cela. Et vraiment, tout le monde devrait avoir de l’empathie. C’est la clé pour rendre ce monde meilleur. 

J’aimerais donc pouvoir amener des éléments de réponse à des situations tels que 

  • Comment on peut en arriver à couper tout lien avec nos amis de toujours, avec sa propre famille, pour des idéologies, un comportement différent, du jugement, tout en se sentant bienveillants et justes
  • A chasser son enfant (majeur) de la maison s’il n’adhère plus aux croyances familiales
  • Comment on en vient à se sentir persécuté lorsque nos croyances sont remises en question, par des personnes que nous connaissons de longue date, et qui se soucient sincèrement d’une situation qui se met en place et d’un changement de comportement de notre part
  • Pourquoi il y a ce jugement permanent envers les autres qui se développe
  • Pourquoi il y a cette vision binaire du monde qui s’installe (nous versus les autres)
  • Comment on peut cacher aux autorités des cas de pédophilie
  • Comment on peut excommunier quelqu’un et briser des vies et des familles sans éprouver aucune culpabilité
  • Comment on peut en arriver à refuser un traitement médical comme une transfusion de sang même lorsque notre propre vie ou celle de notre enfant est en jeu (lire cet article du Time en anglais sur ce sujet)
  • A croire que des dirigeants d’une organisation née aux Etats-Unis régneront dans un futur sur l’humanité avec 144000 élus 
  • A ce sentiment de supériorité et à accepter un discours extrémiste vis-à-vis des gens « du monde » et de croyants d’autres religions qui sont condamnés à une extermination massive
  • A penser que l’ONU est une bête sauvage
  • A cette culture de dénoncer les autres
  • Et à cette peur d’exprimer son opinion personnelle si elle diffère de la pensée du groupe

Il y a donc plusieurs facteurs qui amènent à ces situations aussi extrêmes, qui semblent irrationnelles lorsque l’on regarde cela d’un point de vue extérieur. Mais il faut comprendre que c’est le résultat d’un long processus et complexe d’endoctrinement, de manipulation et de contrôle, dont les gens sont victimes. Et ceci de la personne intéressée par une étude jusqu’aux dirigeants de l’organisation.

Vu que le thème est l’endoctrinement , regardons déjà sa définition dans le dictionnaire

Si on lit dans le Larousse la définition de verbe “endoctriner”:

Faire partager à quelqu’un ses opinions, lui faire adopter telle doctrine, telle attitude en lui imposant des règles de pensée, de conduite ; catéchiser.

Si on suit encore catéchiser: 

Initier quelqu’un, un groupe à la religion chrétienne.

Instruire quelqu’un de ce qu’il doit dire, l’endoctriner.

Il y a dans cette définition déjà deux éléments importants qui ressortent: Contrôler la pensée et contrôler le comportement de la personne. Il faut ajouter à cela le contrôle des émotions et le contrôle de l’information pour créer un environnement à haute emprise.

La responsabilités des gens

Tout d’abord, dans tout cela, avant d’entrer dans le coeur de la question de l’endoctrinement,  il y a une question fondamentale, qui est de savoir quelle est la responsabilité des gens dans leurs actes.  

Dans cette loterie de la vie, nous n’avons pas décidé de naître à tel ou tel endroit, dans telle ou telle famille. Nous avons grandi et évolué avec une culture qui a forgé notre personnalité. La vie est venue aussi avec son lot de souffrances et de blessures. Dès lors, quels choix avons-nous eu et quelle est notre responsabilité ? Lorsque nous jugeons une personne, ce n’est pas tant de définir cette responsabilité qui compte en général, mais plus la garantie de notre propre survie. Et il est aussi difficile d’expliquer et de vouloir justifier pourquoi une personne en arrive à de tels extrêmes.

Quand intervient l’endoctrinement

Vous l’aurez donc compris, l’endoctrinement peut commencer déjà à la naissance. Mais, il peut intervenir aussi à un moment donné dans la vie: une perte d’un proche ou encore simplement ce besoin d’avoir des réponses au sens de la vie. J’ai imaginé le développement de ce sujet en suivant justement le parcours d’une personne recrutée. Et dans cet exemple, le recruteur a vraiment envie d’aider la personne, d’apporter un message de réconfort et de donner une explication à ses souffrances. Il peut être aussi animé par la crainte de Dieu, de son devoir de transmettre sa parole ou alors il peut simplement faire cela parce que son entourage fait cela aussi, parce que c’est l’héritage familial et culturel, et parce qu’il y a une certaine pression à faire des heures de prédication, vu que c’est ce que Jéhovah attend de lui.

Mécanismes de l’endoctrinement

Dissonance cognitive par le changement du comportement

Quand la personne débute une étude biblique chez les Témoins de Jéhovah, il y a des mécanismes intéressants qui se mettent en place. Elle suit un programme très cadré. L’apprentissage consiste à lire des paragraphes, lire les questions associées et à répondre selon le contenu du paragraphe donné (exemple ici). Bien sûr, en tant qu’étudiant, la personne pourra exprimer son questionnement et débattre. Mais pour moi il y a déjà un travail sur la dissonance cognitive qui se fait et qu’on retrouve ensuite dans la participation aux réunions (lorsqu’on répond aux questions posées), à l’implication à l’école théocratique (lorsqu’on prépare et qu’on présente les sujets), à la façon dont on doit prêcher et dont on doit donner des études. Ce que je veux dire c’est qu’il y a un véritable formatage et une normalisation qui se produisent, par la méthodologie employée. Quelque chose qui efface progressivement l’individualité pour faire place à la pensée unique du groupe, dans laquelle toute dissidence sera progressivement vue comme une faiblesse spirituelle, une remise en question de l’autorité suprême, de l’organisation choisie par Dieu lui-même. La personne est donc progressivement invitée à revêtir une nouvelle personnalité, à abandonner ses anciennes habitudes mondaines et croyances et à adopter la pensée du groupe.

Fondamentalisme religieux

Dans cette étude qu’elle va suivre, cette personne va recevoir un message fondamentaliste, qui va potentiellement l’attirer. Il y a donc une interprétation très littérale des textes, comme ce qui concerne la Genèse (croire par exemple au déluge et condamner ceux qui qualifient cela de mythologie, voir cette vidéo à la 15ème minute sur le sujet), la consommation du sang, ne pas participer aux guerres, l’homosexualité, etc. Avec un raisonnement simpliste que je qualifierais même de conspirationniste: c’est évident car c’est écrit noir sur blanc, il n’y a que les Témoins de Jéhovah qui interprètent et pratiquent cela comme décrit dans la bible ou encore qui utilisent le « vrai » nom de Dieu. Ils sont donc « la vérité », le peuple « élu », car Dieu a forcément une organisation terrestre. Mais la réalité est que la vérité est beaucoup plus complexe. Il y a par exemple des raisons évidentes à ne pas interpréter Genèse de façon littérale et certaines religions en sont conscientes, car elles ont amenés des éléments rationnels à leur croyances. Mais le fait est qu’en tant que Témoin de Jéhovah, on se retrouve à railler, à ressentir un sentiment de supériorité, à diaboliser, condamner et ne pas chercher à comprendre le point de vue de l’autre, ses raisons et son argumentation en adoptant une interprétation littérale, dénuée de rationnel et défensive.

Love bombing

Quand un étudiant est invité aux réunions, il va subir ce qu’on appelle le « love bombing », une attention chaleureuse et particulière (voir des témoignages sur les réseaux sociaux). Il y a un début de sentiment d’appartenance au groupe qui va se créer. C’est du travail sur le côté émotionnel. Dans cela, il ne faut pas voir que ceux qui réalisent ce love bombing le font dans un but de manipulation, mais ils ont été encouragés à le faire et sont persuadés de faire juste (voir cet article de jw.org). Pour moi c’est du love bombing dans le sens où tout cela est conditionnel, pas naturel. C’est un accueil qui s’estompe avec le temps ou qui disparaît brutalement si la personne n’est plus intéressée par la « vérité », mais qui voudrait maintenir une relation sincère avec des gens dont elle a cru à une amitié sincère et désintéressée. Les adeptes sont donc encouragés à passer à autre chose si l’étudiant ne s’intéresse plus à la vérité. Le principe est le même pour les adeptes qui se sont refroidis et qui reviennent par la suite aux réunions.

Language du groupe

Si cette personne intéressée continue l expérience, elle va progressivement adopter le langage du groupe, utiliser des termes comme « avoir la vérité », « les gens du monde », « L’organisation, » « être spirituellement faible », « avoir Jéhovah », « Les bonnes nouvelles », « La fin des temps », etc. (Voir ici). Ce langage spécifique, que quelqu’un d’extérieur ne comprend pas, va renforcer ce sentiment d’appartenance au groupe et cette vision binaire du monde.

Le sentiment que tout est grâce à Jéhovah ou à cause de Satan

Dans cette vision binaire qui apparaît dans le language du groupe, il y a aussi la récurrence suivante: tout ce qui est positif est forcément grâce à Jéhovah: trouver un travail, réussir ses études ou sa situation personnelle. Tout ce qui est négatif est cependant associé à Satan, à ce monde injuste, qui disparaîtra bientôt. Il y a donc peu de place pour son estime personnelle. Chez certains adeptes, on trouvera ces phrases placées pratiquement systématiquement partout où cela est possible. Même si cela apparaît aussi dans certaines cultures, je trouve que ces paroles ont plus d’intensité chez les Témoins de Jéhovah.

Amalgame Organisation et Dieu

Dans le langage du groupe, si une personne quitte le groupe, on va dire qu’elle à « abandonné Jéhovah », parce qu’elle a abandonné son organisation. L’amalgame est donc complet entre Dieu et de l’organisation. Celle-ci se substitue complètement à Dieu. Celui qui quitte l’organisation le fait forcément pour une mauvaise raison : comment on pourrait quitter l’organisation que Dieu a choisi? Même si les Témoins de Jéhovah refusent d’accepter cet amalgame, en pratique c’est ce qu’ils font et c’est ce qu’on va retrouver dans tout leur matériel. On va aussi encourager les adeptes à faire « Revenir à Jéhovah » des personnes ayant quitté l’organisation et donc à les faire revenir à l’organisation.

Endoctrinement par les cantiques

Si la personne intéressée participe aux réunions, elle expérimentera aussi l’endoctrinement par les cantiques (chants), en début, milieu et fin de réunions. Cela développera en elle des émotions fortes, renforcera son sentiment d’appartenance, l’adoption du langage du groupe, son formatage et sa soumission à l’organisation. Je ne dis pas que chanter est dangereux en soi, mais on sait tous que c’est un instrument qui est utilisé, aussi en dehors de la religion, pour créer un sentiment d’appartenance, pour motiver des troupes et faire passer des messages. Une des choses qui m’est arrivée lorsque j’ai pris conscience de ma situation, c’est que je ne pouvais plus supporter cette soumission constante à l’organisation, qu’on retrouve dans les discours, revues, vidéos et ces cantiques, et d’entendre notamment des exemples biblique immédiatement associés à la soumission envers l’organisation. On retrouve cela même habilement placé dans les questions du baptême.

Endoctrinement par la prédication

Quand la personne va devenir proclamatrice, elle va faire face a beaucoup d’indifférence, de dédain et parfois d’agressivité lorsqu’elle fera du porte à porte. Ceci va renforcer son sentiment d’appartenance au groupe et cette vision binaire, qui l’invite à croire que ce monde est dirigé par Satan et que les gens ne veulent pas de la parole de Dieu et de son organisation. Alors qu’en réalité, ces personnes ont de bonnes raisons d’être sur la défensive afin de préserver leur famille. En pratique, selon moi, la prédication sert plus à renforcer le lien avec le groupe qu’autre chose. Si on regarde les statistiques de prédication c’est assez frappant : les Témoins de Jéhovah sont environ 8 millions et reportent un peu plus d’un milliard d’heures de prédication par an (1’423’039’931 heures en 2021). Pour quels résultats ? Imaginez le temps que cela représente par habitant dans le monde par an. En pratique plutôt que d’amener de nouveaux membres, la réalité est qu’elle permet de maintenir les membres existants dans le groupe en les occupants notamment sur cela.

Endoctrinement par la charge de travail à consacrer au groupe et aux contenus produits par celui-ci

La prédication est donc un moyen de renforcer le lien de la personne avec le groupe et à l’endoctriner. Plus elle fait de la prédication, plus elle aura de lien avec le groupe (la prédication se fait toujours par 2) et mieux elle sera vue par celui-ci. Une personne qui ne participe pas à la prédication est vue comme faible spirituellement. Les personnes faibles spirituellement sont des mauvaises compagnies, qu’il faut éviter, pour ne pas mettre en danger sa propre spiritualité. Il y a une charge importante de travail à consacrer au groupe: se préparer aux réunions, à l’école théocratique, aux discours à donner et aux sujets à présenter en porte-à-porte, à la lecture quotidienne de la bible et du texte du jour. Pour cela la personne doit lire à chaque fois le matériel du groupe et l’assimiler en vue de le présenter ou de le partager. Puis, il y a ensuite la participation (active de préférence pour être bien vus) à toutes ces activités de groupe: réunions, école théocratique, discours, assemblées, prédication ainsi que les études menées avec des étudiants. Même pendant ses vacances, l’endoctriné sera encouragé à garder un lien avec l’organisation, à continuer à étudier et à trouver une salle du royaume à proximité de son lieu de vacances, même si cela n’est pas une obligation. L’endoctriné est donc pratiquement constamment baigné dans cela. Et avec des sujets qui reviennent régulièrement, que certains ex Témoins qualifient de matraquage de l’information.

Sentiment d’urgence, peurs et phobies

Il y aussi un sentiment d’urgence qui se crée, et qui pousse la personne à s’engager et à se dédier complètement à l’organisation, à être très active et à ne pas prendre du recul: ce sentiment que la fin du monde est imminente (depuis plus de 140 ans), sujet récurrent aux réunions, qu’on retrouve dans des vidéos explicites de l’organisation, où même les gouvernements se retournent contre eux (le parallèle avec les affirmations et craintes de Jim Jones / drame de Jonestown est ici intéressant), de devoir s’y préparer, et qu’il faut plaire à Dieu en participant pleinement à la prédication et à l’organisation pour mériter le salut. Avec ce sentiment, en tout cas pour ma part, que celui-ci est très difficile à obtenir. On est en effet poussé à saisir toute opportunité pour partager les « bonnes nouvelles » : au travail, à l’école, en prédication, etc. afin de sauver le plus possible de gens et de ne pas avoir du sang sur les mains. Et qu’il faut pour cela consacrer bon nombre d’heures à l’organisation et à la prédication, et avec des résultats. Je pense que cette pression est aussi liée à ces rapports que je devais rendre mensuellement, en indiquant le nombre d’heures effectuées, publications données, etc. qui ressemble à s’y méprendre à un rapport de performance dans le monde professionnel, et qui, s’il ne possédait pas un minimum d’heures, déclenchaient une certaine pression, et en l’absence d’heures effectuées, au bout d’un certain nombre de mois, avait pour conséquence d’être labellisé officiellement comme « inactif », donc faible spirituellement, personne peu fréquentable et ne méritant aucun privilège. A noter aussi qu’il y doit y avoir un bon nombre de Témoins de Jéhovah qui gonflent leur chiffres dans ces rapports (et j’en faisais partie) pour éviter les ennuis. Voir des témoignages sur Reddit sur ce point. Concernant les peurs, il y a aussi cette crainte surdimensionnée liée à des forces maléfiques, dirigées par Satan, et qui agiraient dans l’ombre par différents moyens. Cet article sur les dangers du Yoga sur jw.org en est un bon exemple. Il y a aussi d’autres phobies qui se développent chez les Témoins de Jéhovah, comme par exemple la peur de rentrer dans des églises. Le docteur Steven Hassan en parle dans son livre :

Chez les Témoins de Jéhovah, il existe une grave phobie des églises. Je me souviens d’un incident impliquant un jeune Témoin de Jéhovah qui a refusé de participer à une évacuation d’urgence d’une école publique vers une église. Le garçon de 10 ans a dû être porté à l’intérieur, en pleurant et en criant, parce qu’il pensait que toutes les églises étaient remplies de démons […].

Fredom of mind : Helping Loved Ones Leave Controlling People, Cults, and Beliefs – page 31

Cela a été mon cas aussi.. Il faut dire que celles-ci représentent Babylone la grande, maison de la prostituée spirituelle, qui sera détruite à Armageddon. On retrouvera aussi des peurs liées à des objets, par exemple une amulette, dont il faudra se débarrasser pour ne pas attirer Satan et ses Démons. Et pour terminer, il y aussi le sentiment d’être surveillé par Jéhovah, qui voit tout, jusque dans notre plus grande intimité.

Endoctrinement par le principe de l’engagement, par les signes et par les échecs des prophéties

Une fois qu’on est engagé dans quelque chose, qu’on a pris une décision, il est difficile de revenir en arrière. De se remettre en question. D’autant plus dans ce contexte avec des croyances, des sacrifices et un engagement forts. On va plutôt chercher en général à se rassurer dans nos choix par tous les moyens.

Par exemple, chaque événement négatif, comme les guerres, les enjeux climatiques, etc. est utilisé pour exacerber et conforter nos croyances. Je pense par exemple à cette idée actuelle chez les Témoins de Jéhovah que la Russie est le roi du Nord, symbole de la fin des temps (désolé ce n’est pas Jon Snow).

Les Témoins de Jéhovah racontent aussi des histoires extraordinaires , qui ressemblent à une forme de propagande, comme un tsunami, qui, grâce à la main de Jéhovah, aurait permis la construction d’une salle de royaume, ou encore d’autres histoires encore plus invraisemblables, qui mériteraient d’être remises en question et démystifiées par une analyse complète.

Chaque nouvelle génération de Témoins de Jéhovah reçoit donc sont lot de prédictions et se rassurent à travers des signes, qui apparaissent à différentes époques, mais dont le but est toujours le même : se rassurer et continuer dans son engagement. On ne fera donc pas le bilan de tous ces signes et prédictions.

On se dira aussi que la « lumière » vient progressivement pour justifier les erreurs. Même si, fondamentalement, rien ne change.

Je vous invite aussi à lire l’essai L’échec d’une prophétie (livre ici) qui suit un groupe religieux UFO annonçant une fin du monde imminente et qui analyse leur réaction et dissonance cognitive à la suite de l’échec de celle-ci. Cela a donc pour effet surprenant de renforcer leurs croyances et prédication, grâce à quelques conditions bien spécifiques. Le livre parle par ailleurs abondamment du mouvement Millérite, dont sont aussi issus les Témoins de Jéhovah. Je trouve notamment la condition suivante particulièrement intéressante:

2. La personne doit s’être consacrée à la croyance. Pour le maintien de la croyance, elle doit avoir pris d’importantes mesures difficiles à défaire.

Il est clair qu’un Témoin de Jéhovah zélé aura fait beaucoup de sacrifices dans ses choix de vie, puisqu’il doit adopter le comportement du groupe et ne pas rechercher son épanouissement personnel. On lui recommande fortement, par exemple, d’éviter de faire des études supérieures pour pouvoir se consacrer plus rapidement à Dieu et mener une vie modeste, selon les standards « bibliques » interprétés par le groupe. Il doit aussi éviter de pratiquer tout loisir avec passion, car, selon les Témoins de Jéhovah, la recherche de plaisir est une des « principales sources de distraction utilisées par le Diable pour détourner notre attention de la question du Royaume ». Je vous recommande de faire le parallèle de cette question de l’engagement avec l’échec de la prophétie des Témoins de Jéhovah de 1975: malgré des centaines de milliers de départs, beaucoup sont restés fidèles à l’organisation.

Le concept d’être les élus

Il s’agit là du principal biais qui donne toute la légitimité aux Témoins de Jéhovah et à son organisation « La Watchtower » pour créer, maintenir et accepter cet environnement de contrôle. Je vais reprendre l’introduction du livre Captives of a concept, où Don Cameron, ancien « Ancien » donne une très bonne description de ce concept.

Le concept qui a tenu une centaine de membres captifs des Davidiens était leur conviction que David Koresh était la personne choisie de Dieu pour leur enseigner ce qu’il voulait leur faire croire.

Le concept qui a tenu environ un millier de membres captifs du Temple du peuple était leur conviction que Jim Jones était la personne choisie de Dieu pour leur enseigner ce qu’il voulait leur faire croire.
Le concept qui détient encore des millions de Témoins de Jéhovah captifs est leur conviction que la « Watchtower » a été choisie par Dieu.

La déclaration suivante de Raymond Franz, ancien membre du Collège Central, pourrait bien être la meilleure explication jamais écrite de ce qui fait « vibrer » les Témoins de Jéhovah:

Captives of a concept – page 20 et 21

J’essaie dans mon esprit et dans mon cœur de comprendre les sentiments de tous les Témoins de Jéhovah, y compris ceux du Collège Central. Sur la base de ma propre expérience [60 ans] parmi eux, je crois qu’ils sont, en fait, captifs d’un concept. Le concept ou l’image mentale qu’ils ont de « l’organisation » semble presque avoir une personnalité propre, de sorte que le concept lui-même les contrôle, les émeut ou les restreint, en modelant leur pensée, leurs attitudes, leurs jugement. Le concept de « l’organisation » devient, en fait, la force dominante, la force de contrôle.

Crise de conscience – Raymond Franz

Pour Don Cameron, toutes les questions concernant la doctrine des Témoins de Jéhovah (Paradis sur terre, Nom de Jéhovah, trinité, Anniversaires, neutralité chrétienne etc. ) ramènent donc à une question fondamentale qui est selon lui la seule réellement importante à se poser: est-ce l’organisation Watchtower est l’organisation de Dieu ?

parce que tous les autres enseignements de la Watchtower dépendent non pas de ce que dit la Bible mais, comme on le verra, de ce que l’organisation de Dieu dit de ce que dit la Bible.

Captives of a concept – Page 26

Isolation et différentiation par les doctrines du groupe

Les Témoins de Jéhovah recommandent d’éviter toute compagnie mondaine, à travers leurs contenus et vidéos, afin de maintenir sa spiritualité. Même lorsqu’on travaille, il est recommandé de limiter les interactions avec les gens du monde, par exemple à la pause (il y a une vidéo de l’organisation sur cela). De plus, il y a plusieurs doctrines qui renforcent cet isolement et cet endoctrinement, mais aussi qui peut amener la personne à croire qu’elle fait mieux que les autres : ne pas fêter les anniversaires, la fête des mères ou encore Noël, la croyance que le Christ est mort sur un poteau, ne pas pratiquer un sport pour se concentrer sur les activités du groupe, ne pas participer à la politique, à l’armée, etc. Pleins de sujets qui sont discutables, et qui vont donc renforcer ce lien avec le groupe et cette différence avec le reste du monde, avec qui elle aura moins de points communs, et dont elle condamnera les actes, car il n’y a que la pensée unique du groupe qui est juste.

Endoctrinement par la pensée positive

L’endoctriné va aussi être encouragé à prier régulièrement pour adopter une attitude positive et se libérer de toute mauvaise habitude ou même pensée qui n’est pas en phase avec la doctrine et avec la pureté du groupe. On doit être vigilant, car le pêché naît du cœur. Et on en vient même à prier pour des « vices » comme la masturbation. Voir le livre à destination des adolescents sur ce sujet.

Endoctrinement par la soumission à l’autorité et au nom d’une pureté à atteindre

L’endoctriné se retrouve aussi dans un environnement très contrôlé et avec une culture de délation (voir notamment cet article à destination des jeunes sur jw.org) au nom d’un fondamentalisme et d’une pureté religieuse à atteindre (cf drame de Jonestown), définie via une interprétation littérale de la bible. Ainsi, des comités disciplinaires religieux internes seront formés et dirigés par 3 anciens si vous enfreignez une des règles établie par l’organisation. Ces comités sont très intrusifs et violent selon moi gravement le droit à la vie privée. Je pense par exemple à des jeunes non mariés qui doivent expliquer en détail la nature de leur relations sexuelles pour savoir s’ils ont enfreints une règle. Mais aussi à des mineurs abusés sexuellement, qui se sont retrouvés à devoir expliquer les faits dans ces comités et en présence de leur agresseur. Cet environnement crée donc une soumission à cause de cet autorité hiérarchique, intimidante, nommée par l’Esprit Saint, très intrusive et qui humilie la personne à cause des thèmes abordés. Et il faut réaliser que cela semble normal pour tous ces gens: atteindre la pureté religieuse, être alignés avec la parole de Dieu et lui plaire afin d’obtenir le salut. L’environnement est donc très normalisateur. Cela concerne aussi la tenue vestimentaire. Pour aller aux réunions, les femmes doivent porter des jupes et les hommes des costumes avec cravate. Et les Témoins de Jéhovah voient en cela une forme de respect obligatoire et non contraignante envers Dieu. Je m’étais acheté une fois un costume à col mao et il y a eu tout une histoire à cause de cela. Des ex-témoins partagent aussi d’autres expériences sur ce thème, comme la pression à porter un maillot de bain une pièce, dans le but de ne pas attirer l’attention. Ce sont des histoires qui varient selon les congrégations.

Engagement final de la personne

A un moment donné l’étudiant sera prêt au baptême, en d’autres termes, à une soumission définitive envers l’organisation. Alors que ça peut paraître être un acte d’engagement et d amour envers Dieu, la personne va, s’en sans rendre compte, signer un contrat avec « l’organisation de Jéhovah », ce qui pourra avoir des implications importantes pour son futur. Les questions du baptêmes sont révélatrices de cet engagement. Une personne baptisée qui ne respecte pas les directives de l’organisation subit des conséquences et un mépris beaucoup plus graves qu’une personne non baptisée qui réalise les mêmes actes. Ceci est bien expliqué dans le livre à destination des anciens Prenez soin du troupeau de Dieu, au chapitre 12 (à voir sur avoidjw.org).

Récompense, punition et humiliation

Ces termes semblent forts si on les prend à la lettre, Mais il me paraît assez évident qu’il y a un système de récompense, de punition et d’humiliation. Une personne baptisée, si c’est un homme, qui s’engage pleinement, pourra progressivement obtenir plus de responsabilités. Elle commencera d’abord par des tâches basiques, comme s’occuper des micros, puis pourra être nommée par sa hiérarchie serviteur ministériel. Elle aura l’opportunité par la suite de devenir ancien. Si par contre elle ne respecte pas les règles, si elle diminue son engagement, ou même dans certains cas, si sa femme ou ses enfants s’éloignent de la vérité (voir témoignages de Pamela et Linda sur ce point), elle se verra perdre ses privilèges. Elle subira aussi une humiliation, par la perte de ses privilèges, par un discours sur les besoins de la congrégation, qui feront allusion à la règle non respectée.

Contrôle de l’information

L’endoctriné va être aussi encouragé à ne pas recueillir d’informations à l’extérieur du groupe, car il ne faut pas être naïf, car ce monde est dirigé par Satan qui attaque son organisation via des apostats. Ne pas être naïf consiste donc à croire exclusivement le matériel fourni et la bonne foi de l’organisation et à aller sur jw.org pour trouver la source fiable. Et je trouve la communication très habile sur les sujets polémiques: l’information est présente, juste en suffisance, tend vers la généralisation ou vers une vision noir/blanc pour esquiver les critiques, pour ne pas se remettre en question et se rassurer.

Sentiment général d’un endoctriné

Maintenant, il y aussi une chose à réaliser : la plupart des adeptes sont heureux au sein du groupe. Ils ont une raison de vivre, un sens à la vie, un sentiment d’appartenance fort et une réponse simple à toutes leurs interrogations. Ils bénéficient aussi des avantages qu’apportent leur communauté, les aspects sociaux, la solidarité et partagent quelque chose de fort et spécifique à une communauté. Ils ont aussi le sentiment d’avoir des normes morales hautes, exclusives à leur communauté (vision un peu naïve, qui amène aussi à faire confiance trop facilement aux gens de la communauté et à des gens dangereux). Ceux-ci ne comprennent donc pas pourquoi on les accusent d’être une secte ou d’être des extrémistes. Ils voient plus en cela un signe de persécution et des attaques de Satan à cause d’une vision binaire qui s’est installée progressivement. Il faut donc vraiment réaliser que d’un point de vue personnel, l’expérience est très positive, tant qu’on est en phase avec la pensée du groupe. Et dans bien des cas, la personne a pu passer une période difficile de la vie, comme une perte, en s’accrochant à ce message d’espoir. Avec aussi pour conséquence, qu’il s’agit plus d’un pansement, posé par dessus une plaie, qui n’a pas été traitée. On illustre aussi cela par une substitution de la personnalité d’origine pour passer une période difficile.

Phase de réveil

Dans cette phase, la personne endoctrinée va commencer à se poser beaucoup de questions, à prendre conscience de la situation et à réaliser que la vérité n’est pas aussi idyllique que ce qui lui a été vendu et qu’elle a une perception biaisée. C’est une période difficile, un vrai chamboulement dans ses certitudes. Elle fera beaucoup de recherches, tentera aussi d’obtenir des réponses par différents moyens, bravant les interdits comme parler à des ex-membres ou consulter des sites apostats. Elle réalisera que l’unité du groupe est maintenue grâce à un environnement très strict, qui contrôle et manipule l’information, qui joue sur les émotions, le comportement et la pensée. Elle découvrira la face cachée de l’organisation et notamment tout ce qui se cache derrière l’ostracisme. Les anciens essaieront d’anticiper et d’éteindre ce début de feu. C’est une période où la personne est encore assez vulnérable.

Dans cette phase on se sent vraiment comme dans le film « The Truman Show » où Jim Carrey réalise le décor de cinéma dans lequel il est, quand il percute celui-ci avec son bateau, où le producteur essaie de le retenir et où ceux qui regardent le show se réjouissent de sa sortie. Et on se retrouve à faire un choix, comme dans Matrix : la pilule rouge ou la pilule bleue. Continuer à vivre dans cet univers parallèle (au pays des merveilles) ou revenir à la réalité.

Elle aura donc deux possibilités, mener une double vie, ce qu’on appelle dans la communauté des ex-témoins être PIMO, car elle y est forcée par le chantage affectif, ou alors quitter ce monde. Ou alors elle fermera les yeux sur tout cela en relativisant tout ce qu’elle a appris et en acceptant l’intolérance de l’organisation envers les autres religions.

Remise en question et sortie

La réalité, à moins d’être extrêmement chanceux, c’est qu’on ne peut pas quitter l’organisation des Témoins de Jéhovah en étant baptisé sans perdre amis et famille. Dès qu’on sort de la pensée du groupe, qu’on diminue nos activités avec celui-ci, les problèmes commencent. On va vous qualifier d’être faibles spirituellement, vous allez devenir moins voir non fréquentables. A un moment donné, vos proches seront amenés à choisir entre « Jéhovah » et « vous ». S’ils font le mauvais choix, ils seront eux-mêmes mal vus et qualifiés de faibles spirituellement et leur relation avec Jéhovah et avec le groupe en pâtira. En étant fermes et en coupant les liens avec vous, ils seront aussi convaincus que vous allez réaliser plus vite la chance que vous aviez: être dans l’organisation de Jéhovah, avec cette unité de façade, maintenue par un environnement très contrôlé, où tout le monde est gentil et aligné, sans pensée critique, pour finir dans ce monde à la dérives, où les gens sont égoïstes et plein de vices. Ce qui en pratique est du chantage émotionnel et donc utilisé sincèrement pour vous encourager à revenir dans le groupe. Il y a un autre aspect qui est très violent lorsqu’une famille est impliquée par ce départ et donc lorsque le conjoint ou les enfants ne sont pas alignés avec celui qui quitte la vérité. Beaucoup de familles sont brisées à cause de cela. Car à leur yeux, vous avez abandonné Dieu. De plus, les adeptes à l’intérieur du groupe en remettent une couche en se montrant très solidaires avec la famille restante, qui subit, selon leur point de vue, cette terrible épreuve. Parfois, ils encouragent même la famille à rompre le lien avec le traître. Voir par exemple le témoignage de la femme de Marc O’Donnell sur ce sujet dans le reportage de Vice TV. C’est quand-même assez dramatique, qu’au nom de la liberté des croyances, et à cause de la force des convictions et de l’endoctrinement, qu’on en vienne à une intolérance et à une rupture totale envers les siens, alors que la protection des familles est aussi garantie par la constitution. On mesure ici la complexité de l’interprétation des droits fondamentaux à cause de cet extrémisme religieux et du prix à payer pour sortir de l’organisation des Témoins de Jéhovah qui est très dissuasif. Et je trouve lamentable la défense de la Watchtower sur ce sujet: que le retrait est un choix de la personne et donc de sa responsabilité, car elle n’est pas obligée de passer par la case excommunication. Ce qui ne l’empêchera pas de subir ce que j’ai décrit plus haut.

Respect de la vie privée et familiale

Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de ses communications.

Charte des droits fondamentaux de l’UE – Chapitre 2 – libertés – Article 7

Liberté de pensée, de conscience et de religion

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites.
Le droit à l’objection de conscience est reconnu selon les lois nationales qui en régissent l’exercice.

Charte des droits fondamentaux de l’UE – Chapitre 2 – libertés – Article 10

Jugement et déresponsabilisation

Cette personne baptisée en vient donc a commettre un acte d’affront irréparable, par exemple en s’opposant complètement et ouvertement à la pratique de l’ostracisme.

Entre parenthèses, même si c’est le fruit de tout ce que j’ai développé avant, c’est vraiment le point qui me dérange le plus, car il s’agit là de la seule et véritable arme de dissuasion nucléaire, mais sur le plan psychologique et émotionnel, que les Témoins de Jéhovah emploient, pour maintenir l’unité et la pensée unique du groupe. Si cette pratique n’existait pas, il n’y aurait pas toutes ces dérives et souffrances. Les conséquences d’une excommunication chez les Témoins de Jéhovah sont aussi incomparables avec cette même pratique dans la grande majorité des religions. Dire simplement que les Témoins de Jéhovah pratiquent l’excommunication comme toute autre religion, c’est comme comparer les conséquences d’un tir de pistolet à eau versus une ogive nucléaire sur la vie d’une personne.

Cette personne qui s’oppose à cette pratique devient donc un danger pour l’unité du groupe car elle en vient à provoquer des divisions. Elle pourra se faire dénoncer par un « frère », qui est lui-même encouragé à dénoncer toute pratique rompant avec la doctrine et avec l’unité du groupe. Elle va donc passer par un comité disciplinaire interne dirigé par 3 anciens, légitimés par l’Esprit Saint, qui jugera de la situation. Dans ces comités, qui jugent parfois des cas de pédophilie, il y a clairement la question de la déresponsabilisation. L’organisation des Témoins de Jéhovah est très hiérarchique. Ses dirigeants sont légitimés et oints par Jéhovah lui-même. Ils définissent doctrine et interprétations définitives. Lorsqu’un ancien au sein d’un comité disciplinaire décide d’une sentence comme l’excommunication, c’est normal qu’il ne s’en sente pas responsable, d’une part à cause de cette hiérarchie, parce que les cas les plus complexes requièrent l’appel à une hiérarchie supérieure, et d’autres part car c’est l’organisation de Jéhovah et pour finir parce que lui-même pourrait avoir des problèmes si son opinion diverge. Les anciens deviennent donc de simples exécutants d’une machinerie bien rodée, dont la marche à suivre pour la gestion des différents cas est bien décrite, et qu’ils ne remettent donc pas en question. Les conséquences pour la personne excommuniée sont parfois dramatiques, que cela soit au niveau émotionnel ou matériel.

Pour finir sur ce point, je vais ajouter encore une petite anecdote sur cette question de la déresponsabilisation. Un des points qui m’a fait sourire, lorsque je me suis refroidi, et après avoir analysé le livre secret de procédures à destination des anciens « Prenez soin du troupeau de Dieu » (voir avoidjw.org) a été de constater à quel point certains anciens appliquaient à la lettre les directives qui leur sont indiquées dans celui-ci dans leur façon de m’approcher.

Reconstruction et conclusion

Se reconstruire et sortir de l’endoctrinement est un long chemin et une bataille à part entière. Vous devez vous libérer de cette personnalité qui s’est construite par dessus la votre, de ces peurs, de ce conditionnement, de toutes les certitudes que vous aviez et de cette vision binaire du monde. Vous devez aussi faire face à la pression du groupe, qui consiste principalement en un chantage affectif, à souffler le chaud et le froid dans les relations, à l’ostracisme. Il est donc très important de partager son histoire, de réaliser que tout ce que vous avez vécu n’est pas « normal », que vous n’êtes pas seuls et que la beauté de ce monde est dans la variété des couleurs, des formes, des opinions, et non dans l’uniformité totale. Il est aussi tout à fait normal et même recommandé de chercher de l’aide pour y arriver.

En prenant du recul, en faisant des recherches, en étant humble et ouvert d’esprit, en se remettant en question, en faisant la somme et le bilan de tout cela, on prend donc petit à petit conscience de l’extrémisme, du radicalisme et de l’aberration de tout cela.

En conclusion, je pense que le principal biais qui amène à autant de dérives, est d’être profondément et passionnément convaincus que Dieu à choisi cette organisation et de la volonté d’appliquer littéralement sa parole, transmise via la bible. Il n’y a plus aucune remise en question possible et une crainte surdimensionnée à cause de cette idée d’être les élus. Et cela rend la situation particulièrement dramatique, car les gens ont une conviction absolue de croire qu’ils font bien les choses tout en ne laissant aucune place à la tolérance et à la diversité des opinions et des choix de vie au sein de leur entourage. Comprendre l’histoire et les polémiques de cette organisation, cette expérience de groupe que vous avez vécue, que tout cela n’est pas exclusif aux Témoins de Jéhovah (voir des histoires semblables à ce que vous vivez chez les mormons par exemple), mais qu’il s’agit de schémas qui se répètent partout, vous aidera vers l’émancipation.

Il y a encore beaucoup de facteurs qui restent à décrire. J’espère avoir pu amener des pistes sur cela. Vous trouverez d’autres éléments sur le reste de mon site.


Continuer avec la conclusion et suite


Crédits image en tête de cet article

Writing board photo created by jcomp – www.freepik.com

Partager