Rapport de conclusion de la Royal Australian Commission sur la gestion des abus sexuels sur des mineurs chez les Témoins de Jéhovah

L’enquête de la Royal Australian Commission de 2015 a eu pour but concernant les Témoins de Jéhovah d’analyser :

  • L’expérience de survivants d’abus sexuels sur des enfants au sein des Témoins de Jéhovah en Australie ;
  • La réponse des Témoins de Jéhovah et de la « Watchtower Bible and Tract Society of Australia Ltd » aux allégations, rapports ou plaintes d’abus sexuels sur des enfants ;
  • Les systèmes, politiques et procédures en place au sein des Témoins de Jéhovah et de la « Watchtower Bible and Tract Society of Australia Ltd » pour traiter et répondre aux allégations ou aux préoccupations concernant les abus sexuels sur des enfants
  • Les systèmes, politiques et procédures en place au sein des Témoins de Jéhovah et de la « Watchtower Bible and Tract Society of Australia Ltd » pour prévenir les abus sexuels sur les enfants
  • Toute question connexe.

Vous trouverez le dossier d’enquête sur le site officiel de la Royal Australian Commission.

Vous trouverez aussi une traduction ici automatique du rapport de conclusion en français que je vous encourage vivement à lire pour vous faire votre opinion. La version originale en anglais est disponible ici.

La Royal Australian Commission c’est en résumé (extraits du rapport de conclusion) :

  • L’audition de 16 témoins (voir pages 88-89) :
    • 2 victimes d’abus sexuels
      • BCB (Témoin de Jéhovah)
      • BCG (Ex-Témoin de Jéhovah)
    • 1 Témoin de Jéhovah ayant été surveillant de circuit
      • Doug Jackson (impliqué dans le cas BCB)
    • 6 anciens impliqués dans les cas BCB et BCG
      • Max Horley (cas BCB)
      • Joe Bello (cas BCB)
      • Dino Ali (cas BCG)
      • Kevin Bowditch (cas BCG)
      • Ron de Rooy (cas BCG)
      • Alan Pencheff (cas BCG)
    • 1 ex-témoin de Jéhovah et ayant été « ancien »
      • Monty Baker
    • 1 ancien procureur du Queensland DDP
      • Jason Davies
    • 3 anciens de la succursale australienne des Témoins de Jéhovah
      • Le responsable du département de Service
        • Rodney Spinks
      • Le superviseur du département juridique et avocat
        • Vincent Toole
      • 1 directeur du département Australien de la Watchtower Bible & Tract Society
        • Terrence O’Brien
    • 1 expert engagé par la société Watchtower d’Australie
      • Dr Monica Applewhite
    • 1 directeur international des Témoins de Jéhovah et membre du collège central 
      • Geoffrey Jackson
  • Plus de 1000 pages de transcriptions d’auditions des témoins (voir pages 87 + section transcripts ici)
  • L’analyse des différents documents de l’organisation concernant la gestion de la pédophilie
  • L’analyse des croyances principales de Témoins de Jéhovah (page 10)
    • Interprétation littérale de la bible
    • se reposer sur des principes du 1er siècle de notre ère pour définir des pratiques, politiques et procédures
    • Le millénarisme et la croyance que la fin du monde est imminente
    • La direction « masculine » au sein de l’organisation et de la famille
    • maintenir une séparation avec tous ceux qui ne sont pas membre de l’organisation
    • l’importance de la prédication
  • Le fait que les Témoins de Jéhovah imposaient jusqu’en 1998 à la victime de faire les allégations à la fois devant des anciens « enquêteurs » et de son abuseur sexuel (page 10)
  • Le fait de l’application de la règle biblique des « deux témoins » dans les affaires de pédophilie (page 10)
  • L’expérience de deux victimes BCB et BCG, de leur confrontation avec leur abuseur, de la politique mis en place par les Témoins de Jéhovah pour traiter leur cas, de leur peur d’être excommuniée ou de tâcher le nom de Jéhovah si elles déclaraient cela aux autorités
  • L’analyse de toutes les politiques, pratiques et procédures qui posent problèmes (page 12)
    • l’organisation n’a pas l’habitude de signaler les abus sexuels sur des enfants à la police ou à toute autre autorité
    • avant 1998, un survivant d’abus sexuel d’enfant était tenu de faire son allégation en présence de son agresseur
    • si l’accusé n’avoue pas, il y a une exigence inflexible qu’il y ait deux témoins oculaires à un incident d’abus sexuel d’enfant
    • les femmes sont absentes des processus décisionnels du système disciplinaire interne
    • il n’y a pas de disposition claire pour qu’un survivant d’abus sexuel soit accompagné d’une personne de soutien pendant la procédure disciplinaire interne
    • l’organisation a des pratiques de gestion des risques limitées et inefficaces
    • l’organisation a pour politique et pratique d’ostraciser ceux qui souhaitent quitter l’organisation.
  • Geoffrey Jackson, dirigeant de l’organisation qui dit qu’il serait présomptueux de dire qu’ils sont les uniques porte-paroles que Dieu utilise et le constat de la Royal Australian Commission que cela est inconsistant avec les preuves analysées qui expliquent que le collège central est le canal que Jéhovah utilise pour communiquer avec eux (page 14)
  • La description de tous les rôles et responsabilités au sein de l’organisation des Témoins de Jéhovah ainsi que des promotions (pages 14-16) :
    • Le collège central
    • Les succursales
    • Les congrégations
    • Les proclamateurs
    • Les anciens
    • Les serviteurs ministériels
  • La connaissance et l’analyse des différentes publications des Témoins de Jéhovah concernant la formulation et l’application des politiques de l’organisation (page 20) :
    • Réveillez-vous et Tour de Garde
    • Faites paître le troupeau de Dieu (livre destiné aux anciens des congrégations)
    • Organisés pour faire la volonté de Jéhovah
    • Le manuel à destination des succursales des différents pays (les Béthels) « Branch organisation » de 2015
    • Lettres signées de la part du Collège Central
    • Templates de lettres à destination des anciens
  • Sur quoi se base les Témoins de Jéhovah pour traiter les cas d’abus sexuels envers les mineurs (page 21)
  • La description des sanctions que pratiquent les Témoins de Jéhovah (page 27)
  • Le détail des affaires BCB et BCG et l’auditions des Témoins
  • Le constat que les anciens n’ont offert aucun support émotionnel ni protection aux victimes (page 32)
  • L’analyse des notes écrites des anciens impliqués dans l’affaire BCG (page 34,35)
  • L’incapacité des anciens à prendre des actions à cause de la règle des deux témoins (page 39)
  • L’obligation de la victime de confronter plusieurs fois l’agresseur (page 41)
  • Beaucoup de Témoins de la congrégation accusant la victime d’abus sexuel d’avoir menti (page 42)
  • que BCG ne devait pas reporter son abus sexuel à la police, car on « ne traîne pas les frères devant la justice » (page 43)
  • L’analyse des échanges entre les congrégations et la succursale Australienne concernant les abus sexuels
  • Un ancien qui déconseille à BCB de reporter son abus à la Commission Royale Australienne (page 55) pour ne pas tâcher le nom de Jéhovah
  • L’analyse de plus de 5000 documents fournis par la Watchtower d’Australie à la Royal Australian Commission (page 58-59) et ce qui en ressort :
    • L’identification de 1006 pédophiles (depuis 1950)
    • L’identification de plus de 1800 victimes d’abus sexuels
    • 108 anciens ou serviteurs ministériels accusés
    • 28 accusés promus anciens ou serviteurs ministériels après ces allégations
  • Le responsable du département légal Australien de la Watchtower, Mr Toole, qui explique recevoir 3-4 appels par mois de la part d’anciens sur les cas d’abus sexuels envers des mineurs (page 59)
  • Aucune preuve que les Témoins de Jéhovah ont rapportés un seul des 1006 cas de pédophiles aux autorités australiennes (page 60, 61)
  • Aucune preuve d’existence d’une politique interne pour dénoncer les abus sexuels de mineurs aux autorités lorsque cela n’est pas requis par la loi et que la Commission insiste sur le fait que rapporter cela aux autorités devrait être obligatoire lorsque la victime est mineure (page 61,62)
  • L’analyse de textes de loi des différents États d’Australie en rapport avec la dénonciation d’abus sexuels envers des mineurs (page 62) et comment les Témoins de Jéhovah interprètent ces lois, notamment concernant la protection de la confession religieuse (page 63).
  • L’application toujours actuelle de la règle des deux témoins (page 65)
  • Qu’il incombe à des « anciens » masculins / enquêteurs de juger une situation d’abus sexuels (page 67)
  • Que la réprobation et l’excommunication d’un pédophile ne sont pas un moyen efficace de protéger les victimes dans les congrégations (page 69)
  • L’analyse détaillée de la pratique de l’ostracisme et de la peur de quitter l’organisation (page 70)
  • Les réponses de l’experte engagée par la Watchtower (page 73)
  • Bien d’autres choses à découvrir que je vous encourage à lire par vous-même

Vous trouverez aussi dans ma page dédiée à la pédophilie d’autres informations sur le sujet.

Partager

Contenu en rapport