1914

Le retour du Christ en 1914

Témoins de Jéhovah - 7 temps - le retour du Christ en 1914 - 607 - 2520 - Qu'enseigne réellement la bible
Livre Qu’enseigne réellement la bible. jw.org

Les Témoins de Jéhovah proclament le retour du Christ en 1914 et du choix de leur organisation. Mais d’où vient ce raisonnement ? Il provient en fait d’une origine millérite. William Miller influença donc celle-ci avec sa prédiction du retour du Christ en 1844. Ce retour se base sur un calcul biblique aboutissant à 2520 ans. Il faut souligner que Joachim de Flore, en 1195 après JC, fut le premier à annoncer le retour du Christ en l’an 1260. Il utilisa pour cela un principe de calcul biblique nommé 1 jour =1 an.

On retrouve ensuite, entre le 12ᵉ et le 19ᵉ siècle plus d’une trentaine d’annonce de fin des temps. Pour les témoins de Jéhovah, le Christ est réellement apparu en 1914 de manière invisible. Il les aurait choisis comme canal unique de Dieu. L’organisation Watchtower a notamment appuyé cette prophétie avec les mesures de la pyramide de Gizeh. Raymond Franz, un ancien membre du collège central et dirigeant de l’organisation a avoué qu’il n’y avait aucune base permettant de prouver que le calcul devait commencer en -607 avant JC, date à laquelle les Témoins de Jéhovah affirment que la destruction de Jérusalem a eu lieu. L’organisation appuie cette date de -607 avant JC en citant hors-contexte des experts sur la question. Elle interdit d’ailleurs de remettre en question cette date, sous peine d’excommunier la personne.

Pour en savoir plus

Le calcul de 1260 et des 2520 ans

Le calcul prend sa source dans plusieurs passages bibliques, dans l’idée qu’il y a un accomplissement plus grand à la prophétie des 7 temps de Daniel avec la venue du Christ.

[…] ce sera dans un temps, des temps, et la moitié d’un temps, et que toutes ces choses finiront quand la force du peuple saint sera entièrement brisée

Daniel 12:7

[…] et sept temps passeront sur toi, jusqu’à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît.

Daniel 4:32

[…] je t’impose un jour pour chaque année.

Ezequiel 4:6

[…] jusqu’à un temps, à des temps, et une moitié [de temps] ; […]

Daniel 12:8

Voici les calculs à faire :

  • 1 temps = 1 an = 360 jours donc 360 ans
  • 1 temps, des temps, la moitié d’un temps = 3.5 ans = 1260 jours donc 1260 ans
  • 7 temps = 2520 jours donc 2520 ans

1260 ans et 2520 ans sont à calculer depuis une date de départ. Celle-ci a changé selon les interprétations afin d’arriver à la période souhaitée. Les témoins de Jéhovah font ce calcul en partant de la date -607 avant JC, en y ajoutant 2520 ans, ce qui nous fait arriver à 1914, date d’arrivée du Christ en présence invisible.

Le retour du Christ en 1914 justifié par les mesures de la pyramide de Gizeh

Le pasteur et président de la Watchtower, Charles Taze Russell était aussi pyramidologue. Il a écrit en 1913 un livre de 454 pages intitulé « Le plan divin des âges tel qu’illustré dans la Grande Pyramide », que vous pouvez télécharger à l’adresse suivante :

The divine Plan of ages as shown in the Great pyramid

Le plan divin des âges

Dans celui-ci, vous trouverez plein d’explications autour des mesures de la pyramide de Gizeh et comment celles-ci confirment les calculs bibliques du pasteur sur le retour du Christ. Il écrit à la page 42 :

La mesure de cette période et la détermination du moment où le gouffre sera atteint sont assez faciles si nous avons une date précise – un point dans la pyramide à partir duquel nous pouvons commencer. Nous avons cette date à la jonction du « Premier Passage Ascendant » avec la « Grande Galerie ». Ce point marque la naissance de notre Seigneur Jésus, car le « Puits », 33 pouces plus loin, indique sa mort. Ainsi, si nous mesurons le « Premier Passage Ascendant » à l’envers jusqu’à sa jonction avec le « Passage d’Entrée », nous aurons une date fixe à marquer sur le passage descendant. Cette mesure est de 1542 pouces, et indique l’année 1542 avant J.-C., comme date à ce point.

Ensuite, en mesurant le « Passage d’entrée » à partir de ce point, pour trouver la distance jusqu’à l’entrée du « Puits », représentant le grand trouble et la destruction avec lesquels cette époque doit se terminer, quand le mal sera chassé du pouvoir, nous trouvons qu’elle est de 3457 pouces, symbolisant 3457 ans à partir de la date ci-dessus, 1542 avant J.-C. Ce calcul montre que l’année 1915 marque le début de la période de troubles ; pour 1542 ans avant J.-C. plus 1915 ans après J.-C., cela équivaut à 3457 ans. Ainsi, la Pyramide témoigne que la fin de 1914 sera le début d’une période de troubles telle qu’il n’y en a pas eu depuis l’existence d’une nation – non, et il n’y en aura jamais après la guerre.

Tour de garde de 1922

Une autre tour de garde, publiée en 1922 par les Témoins de Jéhovah, confirme aussi la véracité du retour du Christ en 1914 par rapport aux mesures de la pyramide. Vous pouvez télécharger l’original via ce lien, c’est à la page 187 du scan.

Il existe une loi mathématique bien connue appelée « loi des probabilités ». […] Si une maison subit un dommage, il peut s’agir d’un pur accident. […] Si 3 maisons ou plus subissent le même dommage de la même manière on sort de la possibilité d’un accident. […]

Les répétitions dans les deux grands cycles de 1845 et 2520 ans, prouvent que cela n’est pas dû au hasard […]

Dans les passages de la Grande Pyramide de Gizeh, l’accord d’une ou deux mesures avec la présente chronologie de la vérité peut être accidentelle, mais la correspondance de dizaines de Les mesures prouvent que le même Dieu a conçu à la fois la pyramide et le plan et prouve en même temps la justesse de la chronologie.

Le témoignage de Raymond Franz

Raymond Franz est un ancien dirigeant et membre du collège central des Témoins de Jéhovah. Il parle de ses recherches concernant le retour du Christ en 1914 dans son livre Crise de conscience. À la page 34 il écrit ceci :

Nous n’avons absolument rien trouvé en faveur de 607 avant notre ère. Tous les historiens indiquaient une date vingt ans plus tôt. Avant de commencer à préparer le sujet sur “Archéologie” pour l’Auxiliaire, je n’avais jamais réalisé que le nombre de tablettes d’argile cunéiformes retrouvées en Mésopotamie et remontant au temps de l’ancienne Babylone se comptait par dizaines de milliers. Rien dans toutes ces tablettes ne permet de dire que l’empire Néo-Babylonien (où l’on retrouve Nabuchodonosor) eut une durée qui convienne à nos calculs pour arriver à 607 avant notre ère, date présumée de la destruction de Jérusalem. Tout indiquait une période plus courte de vingt ans que ce qu’affirmait notre chronologie officielle.

John Aquila Brown et la gloire de Dieu en 1917

John Aquila Brown a été le premier à arriver à un période de temps prophétique de 2 520 ans. Il fit son calcul sur les «sept temps » du rêve de Nabuchodonosor de l’arbre abattu de Daniel, chapitre 4. Il publia ses résultats pour la première fois en 1823 dans son ouvrage en deux volumes « The Even-Tide ». Brown calcula que les 2520 ans partaient de la première année de Nabuchodonosor, 604 avant JC jusqu’en 1917, lorsque la gloire du royaume d’Israël sera parfaite. Vous pouvez télécharger cet ancien ouvrage ici : 1823 Even Tide Gentile Times.pdf

Les adventistes et la prophétie des 2520 ans

Prophétie des 2520 ans des adventistes

Je vous invite à lire le lien suivant en anglais. En résumé, les adventistes abandonnèrent cette prophétie.

Prophétie adventiste des 2520 ans

L’histoire de Carl Olof Jonson

Carl Olof Jonson est un ancien Témoin de Jéhovah qui exerça un poste à responsabilité (« ancien »). Un jour, un étudiant lui demanda pourquoi l’organisation affirme que les babyloniens détruisirent Jérusalem en -607 avant JC. Il s’est donc mis à faire des recherches. Il fournit le résultat des celles-ci au collège central (dirigeants de l’organisation). Carl y indiqua que la société avait peut-être fait une erreur. Cependant, il ne voulait pas causer de trouble donc il n’ébruita pas celles-ci. Quelques années plus tard le collège central lui répondit et l’accusa de traitre et l’excommunia. Il publiera, après ces événements, le résultat de ses recherches. Son livre est fascinant. Si vous avez le moindre doute concernant la véracité de la date de -587, en lisant ce livre elles se dissiperont. Vous trouverez la partie des correspondances avec le collège central à partir de la page 6.

The Gentile Times Reconsidered (en anglais)

Les temps des gentils reconsidérés (traduction française)

Vous pouvez d’ailleurs le voir apparaître sur cette vidéo, positionnée au bon endroit :

Historique des applications de la prophétie de Daniel

Carl Olof Jonson a résumé dans son livre à la page 33 les différentes applications de la prophétie des 7 temps de Daniel entre le 12ᵉ et le 19ᵉ siècle.

Liste des annonces de fin du monde entre le 12ème et le 19ème siècle

Fiabilité des sources des Témoins de Jéhovah

Affirmation de la destruction de Jérusalem en -607

Les Témoins de Jéhovah affirment que les babyloniens ont détruits Jérusalem en -607 avant JC. Tout spécialiste vous dira que la date de destruction est -587 avant JC. Tout cela afin d’arriver à la date de 1914. Vous pouvez trouver le détail de ces explications sur leur site :

Article sur le site des témoins de Jéhovah

Une partie de l’article indique ceci :

Pour ce qui est des éclipses les plus anciennes, explique l’astronome John Steele, il est possible que [les Babyloniens] aient fixé leurs dates a posteriori, au moment où ils compilaient leur texte, en recourant au calcul13. ” (C’est nous qui soulignons.) Le physicien David Brown, qui pense que les tablettes astronomiques comportent des prédictions effectuées peu de temps avant les événements relatés, reconnaît que l’on ne peut écarter l’hypothèse de “ calculs a posteriori » entrepris par les scribes à partir du IVsiècle avant notre ère14 . Si l’on est effectivement en présence de calculs a posteriori, est-​on fondé à s’y fier aveuglément en l’absence de tout autre élément de preuve ?

Puis, en Nota Bene :

N. B. : Aucun des spécialistes que nous citons dans cet article n’est d’avis que Jérusalem a été détruite en 607.

Cela cache une vérité : les Témoins de Jéhovah citent des spécialistes, sans leur accord, en sortant de leur contexte ce qu’ils ont dit, dans le but d’appuyer leur thèse, et sans avoir aucune connaissance en la matière.

Une citation hors-contexte pas unique

Un internaute affirme avoir contacté John Steele et avoir obtenu la réponse suivante :

L’auteur de cet article déforme complètement ce que j’ai écrit, à la fois dans ce qu’il dit sur la mesure des trois lunaires et dans ce que je dis sur la possibilité de rétro calcul des éclipses.

Discussion sur le forum de Jehovahs-witness.com

Dans le documentaire de Jeremiah Films, à la 19ᵉ minute, vous trouvez le témoignage d’un expert qui a été cité hors contexte dans la traduction de la bible des Témoins de Jéhovah :

Pour terminer, je vais sortir une citation du livre « Finalemente libres » de Nestor Kuilan, qui a dédié sa vie à l’organisation, et qui a terminé son service en tant que traducteur au sein du siège social de l’organisation, pour se faire excommunier et mettre à la rue par cette dernière :

Nous nous rendions compte que nous ne travaillions pas pour Dieu, comme nous le désirions, mais nous étions missionnaires d’une organisation tordue qui n’avait rien à voir avec Dieu et qui altérait la Bible à sa plaisance. L’effort de la société Watchtower à vouloir donner des preuves de ses enseignements arrivait au point d’altérer la Bible et les citations des livres étaient sorties de leur contexte pour justifier ou montrer quelque chose qui n’était pas l’intention de l’auteur de la citation.

Finalemente Libres – Page 61

Continuer avec la prophétie de 1925

Partager