Zoom sur l’affaire de pédophilie Candace Conti

Candace Conti est la première personne à avoir intenté une action en justice avec succès contre la Watchtower pour sa mauvaise gestion de la pédophilie. Dans la dernière décision de justice, et suite au recours de la Watchtower, un arrangement financier a été trouvé, mais confirme néanmoins que  la Watchtower et la congrégation de Fremont ont été négligents concernant les abus de Candace, mais uniquement dans la mesure où ils ont permis à Candace et à son agresseur, Jonathan Kendrick, d’être seuls ensemble dans le travail de prédication.

Voici un extrait du recours:

Candace Conti, anciennement membre de la Congrégation des Témoins de Jéhovah de North Fremont a poursuivi la Congrégation et Watchtower Bible and Tract Society of NewYork, Inc. (Watchtower), le siège des Témoins de Jéhovah, pour dommages et intérêts pour son abus sexuel dans son enfance par Jonathan Kendrick, un autre membre de la congrégation. Avant que Conti ne soit abusée, la Congrégation et la Watchtower (ci-après accusés collectivement) les anciens et les responsables ont appris que Kendrick avait agressé un autre enfant. Conti a cherché à tenir les accusés responsables pour avoir omis d’avertir la Congrégation ainsi que ses parents que Kendrick était un agresseur d’enfants, et pour avoir omis de limiter et de superviser sa participation aux activités de l’église. Un jury a déclaré les accusés viables pour une indemnisation dommages-intérêts à Conti, et a tenu la Watchtower responsable de dommages-intérêts punitifs. Nous considérons que les accusés n’avaient pas le devoir d’avertir la Congrégation ou les parents de Conti que Kendrick avait agressé un enfant, mais que les accusés peuvent être tenus responsables pour avoir omis delimiter et superviser le « service sur le terrain » de Kendrick, une activité parrainée par l’église où les membres font du porte-à-porte pour prêcher dans la communauté. Kendrick était sans surveillance. Kendrick avait un accès non supervisé à Conti pendant le service sur le terrain qu’il a utilisé comme des occasions pour abuser d’elle. Parce que la violation du prétendu devoir de mise en garde était la seule base pour l’imposition de dommages-intérêts punitifs envers la Watchtower, nous renversons cette partie du jugement. L’attribution de dommages compensatoires est confirmée.

Ce cas illustre donc la culture du silence autour de la pédophilie ainsi que la règle des deux témoins qui sont pratiquées chez les Témoins de Jéhovah. Vous trouverez plus d’informations sur cette problématique dans ma page dédiée à ce sujet.

Sources:

Lien vers le site officiel du gouvernement Californien

https://www.courts.ca.gov/A136641.PDF

Traduction de ce document en français

Child Right International Network

Partager

Contenu en rapport