IICSA et Témoins de Jéhovah – Enquête indépendante sur les abus sexuels envers les enfants en Angleterre

Une commission d’enquête indépendante en Angleterre a publié le 2 septembre 2021 son 16ème rapport d’investigation. Le sujet est “La protection de l’enfance dans les organisations et cadres religieux” et les Témoins de Jéhovah figurent dans celui-ci.

Voici quelques extraits de ce rapport:

Les Témoins de Jéhovah comptent plus de 131 700 membres en Angleterre et au Pays de Galles. 67 allégations ont été signalées à leur bureau de branche au cours des dix dernières années. Parmi ces allégations, 25 concernaient des anciens, 32 des serviteurs ministériels et 10 des personnes accusées d’avoir commis des abus dans un contexte institutionnel (comme des abus commis dans un lieu de culte par un fidèle ou un non-Témoin de Jéhovah).

Page 16 #15.4

Les Témoins de Jéhovah sont l’une des rares organisations religieuses à avoir une procédure disciplinaire interne pouvant conduire à l’exclusion des membres. Les procédures disciplinaires internes des Témoins de Jéhovah continuent d’utiliser une règle de preuve corroborante connue à l’extérieur de la communauté sous le nom de « règle des deux témoins », selon laquelle, en l’absence d’une confession, la déposition de deux témoins est requise pour établir une allégation, qui peut alors conduire à l’exclusion à des fins de discipline interne. La règle n’est pas censée être une mesure de protection. Néanmoins, elle n’a pas sa place dans aucune réponse aux abus sexuels sur enfants et échoue selon le fait que, de par sa nature même, les abus sexuels sur enfants sont le plus souvent perpétrés en l’absence de témoins. La capacité de la règle à nuire aux victimes et aux survivants d’abus sexuels sur des enfants est claire. Nous avons reçu des preuves de première main de ce préjudice. Tel qu’il fonctionne actuellement, le processus disciplinaire interne des Témoins de Jéhovah pour les membres exclus n’a aucun rapport avec la façon dont le crime sexuel se produit. L’utilisation actuelle de cette règle démontre un mépris de la gravité des crimes impliqués et de son impact sur les individus. Elle manque également de compassion pour la victime et sert à protéger l’auteur du crime.

Page 115 #25

PR-A5 (une victime) a été élevée en tant que membre d’une congrégation des Témoins de Jéhovah. Peter Stewart fréquentait la même Salle du Royaume que sa famille et était un « serviteur ministériel ». Les serviteurs ministériels « s’occupent principalement des tâches d’organisation de routine, telles que le maintien de stocks suffisants de Bibles et d’autres publications religieuses, et aident à l’entretien de la Salle du Royaume ». Stewart a dirigé des cours d’étude biblique chez PR-A5 et elle a suivi des cours dans son domicile. Elle a été abusée par Stewart à la fin des années 1980 et au début des années 1990, alors qu’elle avait entre quatre et neuf ans. Lorsque PR-A5 avait quatre ans, il l’a soulevée et lui a touché le vagin après une session d’étude biblique. Il lui a demandé si elle aimait cela. Il a touché PR-A5 sous ses vêtements pendant l’étude de la Bible alors que sa mère et sa sœur étaient dans la pièce.

“En gros, à chaque fois que je le voyais, il il trouvait un moyen de m’isoler – ou même pas nécessairement. S’il était capable de manipuler la situation à chaque fois qu’il me voyait, quelque chose se passerait. Le degré de ce qui s’est passé dépendait du degré d’intimité… qu’il pouvait obtenir.”

L’abus s’est intensifié, Stewart a pénétré le vagin de PR-A5 avec ses doigts ou avec sa langue lorsqu’ils étaient seuls dans une pièce de sa maison ou de la sienne, même s’il y avait d’autres personnes dans la maison. Lorsque PR-A5 avait six ou sept ans, Stewart a pénétré son vagin avec son pénis. L’abus a pris fin lorsque PR-A5 avait neuf ans, lorsqu’il a disparu de leur vie après avoir été arrêté pour agression sexuelle sur une autre jeune personne. PR-A5 n’a pas divulgué ses abus à ce moment-là.

« J’ai essayé… j’ai essayé plusieurs fois. Je ne pourrais jamais. Je lui disais toujours : ‘Maman, j’ai quelque chose à te dire. J’ai quelque chose de vraiment important à te dire et je ne pouvais tout simplement pas lui dire. »

Stewart a été arrêté en 1994 et condamné par la suite lorsqu’une autre victime a signalé à la police qu’il l’avait agressée. Au cours de l’enquête, la police a trouvé des références au PR-A5 dans ses journaux et papiers.

[…]

PR-A5 a intenté une action civile contre les Témoins de Jéhovah en 2013. L’action a été défendue par les Témoins de Jéhovah. La demande de PR-A5 a été confirmée par le juge au procès. Au cours de la demande civile, PR-A5 a découvert qu’à peu près au moment où Stewart l’avait abusée, il avait admis aux Témoins de Jéhovah qu’il avait abusé un autre enfant dans la congrégation.

Pages XIII-XIV (14-15)

De plus PR-A5 a été blâmée par l’organisation des Témoins de Jéhovah et accusée responsable de son abus à cause de son comportement et de son attitude mondaine :

PR-A5 a déclaré qu’elle avait subi ce blâme. Les Témoins de Jéhovah lui ont dit que ses vêtements étaient trop provocateurs et « mondains ». Cela a été démenti par l’ancien qui aurait fait ce commentaire.

Page 23 #4

Vous pouvez aussi regarder le reportage de la chaîne anglaise Sky News qui parle de cette problématique de gestion de la pédophilie et du cas du Peter Stewart. On peut y entendre notamment le témoignage des victimes.

Le gouvernement Australien avait fait une démarche similaire et de grande envergure en 2015. L’enquête avait permis d’identifier plus de 1006 cas d’abus sexuels envers les mineurs que les Témoins de Jéhovah n’avaient pas reportés aux autorités. Voir ici pour en savoir plus.

Sources:

PDF en Anglais: Child protection in religious organisations and setting – September 2021

Page principale de la Comission: Site principal: https://www.iicsa.org.uk/

Page du 16ème rapport: child-protection-religious-organisations-settings

Partager

Contenu en rapport